Blog Archives

Pourquoi votre banquier n’est pas votre ennemi.

Pour l’explication, cet article est écrit a deux. D’un côté, moi même, Jaerdoster, auteur principal, travaille depuis quasiment dix ans dans des banques. Je suis employé dans une certaine grande banque française, je travaille sur les prêts immobiliers, mais pas que. Mon co-auteur est un de mes collègues, qui travaille sur les prêts entreprises. Il a plus de quinze ans d’expérience dans les prêts pour l’innovation et a aidé a financer de nombreux projets et pas mal de startups. C’est lui qui m’a donné pas mal de lignes directrices sur l’écriture de cette article.
Nous avons décidé d’écrire cet article après une discussion animée ayant commencée sur le sujet des
visual novel, et de ce qui en a suivi après la découverte d’un certain financement sur indiegogo.

Bonjour,

En avez vous parlé à votre banquier ?

Je suis le premier à me poser la question quand j’entends des gens dire « Ouais, j’ai un projet de fou je vais le faire crowdfunder sur kickstarter. »

Non. Tu vas le faire financer par ton banquier. Kickstarter ne viendra que plus tard.

Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’une banque, de base, quand vous lui amenez un projet, elle vous crache pas au nez. Pourquoi ? On va remonter un truc de base pour expliquer ça: comment une banque fait de l’argent.

Une banque fait de l’argent de base sur une chose bien précise: l’investissement. Le reste, comme la spéculation, c’est que du bonus.
La question, donc, c’est dans quoi investit la banque ? La réponse: tout. Y compris les particuliers.

Quand un banquier prête de l’argent a un particulier, ce qu’il espère, c’est que celui ci va le rembourser, avec les intérêts bien entendu. Et il est important pour cette banque de faire venir ce particulier. En lui prêtant de l’argent et en le servant correctement, on garde le particulier, qui reviendra sans doute pour financer autre chose, rapportant ainsi plus d’argent, et ce particulier conseillera sans doute la banque, attirant d’autres clients.
La règle est exactement la même pour les entreprises.

Comment la banque finance t-elle ça ? Sur ce que ses investissements récents lui ont rapportés. Et donc pour avoir plus d’argent, pour gagner plus, elle doit investir plus. Bien plus.

Venons en au fait: votre banque vous veut, car elle sait que ça peut lui rapporter du fric: keep it real. Ça ne fait pas d’elle Satan. Ça fait d’elle juste une entreprise comme les autres.

http://808crime.com/wp-content/uploads/2011/06/satan-at-the-honolulu-prosecutors-office.jpg

Maintenant, vous, jeune entrepreneur, vous avez un projet. Qui a l’air trop bien. Qui est top cool. Qui va changer le monde. Et donc vous voulez le faire financer. Allez voir votre banquier. Faites un dossier valable, présentez la chose, calculez les coûts, l’investissement initial à prévoir, les seuils de rentabilité, faites une étude de marché, et faites vous financer.

Mais ce à condition que votre projet soit viable. Nous y reviendrons.

Revenons à nos moutons, et n’oublions pas: ne faites pas de kickstarter, pas de suite.

Pourquoi ? Car vous n’aurez pas de conseiller. Une banque, ce n’est pas que des mecs qui veulent votre argent, c’est aussi des gens qui vous conseillent. Un bon conseiller saura lire votre dossier, l’améliorer, le rendre plus viable, et vous aidera sans doute même sur votre recherche marketing. je vous rappelle que, dès le moment ou une banque croit en vous, elle ne vous lâchera pas comme ça.

Du coup, pouvez vous faire un kickstarter ? La réponse est oui, malgré tout oui. Mais après la banque.

Imaginons que vous avez un projet de fou, et que vous avez un projet, avec une version classique et une version superluxe. Votre banque pense que la version superluxe n’a pas d’avenir et ne la finance pas. Du coup vous avez votre argent pour disons vos locaux, votre mise en place de prototype, payer les salaires des gens, produire la version normale et surtout financer votre marketing.

Si vous êtes très doué, vous avez pas besoin de crowdfunding, et vous trouver un investisseur privé qui croit en votre projet version superluxe.

Si vous l’êtes moins, ou si on ne croit plus en vous, comme pour un concepteur de jeu vidéo des années 90, vous passez par du crowdfunding. De là, vous présentez le même projet qu’à votre banquier, avec un max d’informations, un plan de financement, comment vous comptez utiliser l’argent, etc.

Une fois la campagne lancée, ça sera une très bonne vue de comment le public perçoit votre produit. Soit il le sent bien et vous explosez le compteur et mettez en place des extended goals, soit il le sent pas et vous l’avez dans le cuL. Eh oui, c’est comme ça.

Mais votre banque elle, elle est là, et votre projet de base est financé. Et ça c’est important.

Maintenant, je vais reposer la question: En avez vous parlé à votre banquier ?

Pour finir:

– Le projet présenté au dessus est financé a environ 75%. On ne finance juste pas les produits avec du bonus. Ça se fait très souvent. Dans le cas de projets couteux, le financement peut se passer en plusieurs parties, avec au démarrage un financement partiel, très souvent uniquement pour du prototypage et de l’étude de marché approfondie. On est loin de ce cas là, mais ça existe.

– Une banque est très cool avec une entreprise a qui elle a fait un prêt, avec très souvent de nombreux avantages à côté, surtout sur les frais bancaires. Si vous avez un compte associatif ou entreprise, vous comprenez très bien ce que je veux dire.

– Oui, il est plus dur qu’avant d’obtenir un prêt, because la crise, tout ça. Raison de plus pour bien réfléchir à comment présenter les choses.

– Pour reparler du fameux projet indiegogo qui a fait hurler les foules, la présentation était catastrophique.
Pour faire simple: le projet ne finançait pas une venue à Japan Expo, il ne finançait que les produits qui y seraient vendus. C’est donc une erreur de base mais violente, vu qu’elle induit le backers en erreur, et le pousse à la méfiance.
Dans le camembert qui a été fourni pour justifier les choses, a été inséré la partie MARKETING. Je veux dire, pourquoi doit on financer les cartes de visite ou les flyers, qui servent de publicité, dans une campagne de crowdfunding ? C’est à votre banque de financer ça. Pas à vos backers. Mais je m’égare.

Voilà, c’est tout.

Vous pouvez poser vos questions en commentaires.