Blog Archives

Pourquoi je me suis écarté de beaucoup des réseaux sociaux, et un peu de l’internet communautaire en général

Bonjour.

Oui, je n’ai pas encore oublié la politesse. Le fait de ne pas avoir 140 caractères (enfin 280 maintenant) me permet d’être plus loquace, et de prendre mon temps.

Ça me fait bizarre je l’avoue de revenir à un format d’expression en ligne plus… classique. Celui ou l’on s’exprime vers les gens, mais ou l’on n’attend pas leur retour (enfin du moins pas moi).

Pour expliquer comment j’en suis revenu ici, jouons au retour vers le passé.

J'ai été bien trop actif sur Twitter ces dernières années

J’ai été bien trop actif sur Twitter ces dernières années

Lorsque je suis devenu actif sur Twitter, vers 2012 environ (j’étais plutôt dilettante auparavant), je me suis peu à peu éloigné de ce blog. En parralèle j’étais toujours actif sur les forums, cette chose du passé, et de plus en plus investi dans la vie associative.

Peu à peu, Twitter devenait mon mode d’expression en ligne principal. C’était simple, court, instantané, et ouvert: tout le monde voyait ce que j’écrivais, pouvait le partager ou y répondre. Et ça a un peu mal tourné, mais pas de suite.

A cette époque, alors que ma vie sociale et amoureuse étaient pourtant déjà bien remplies, je trouvais le temps de m’exprimer en ligne, avec es inconnus, de partager mes idées, mes passions, mes découvertes, mes opinions, etc à travers l’internet, via un simple canal général. Quand vous veniez de l’époque de l’IRC et des forums, c’était une révolution. Les utilisateurs de Myspace ou tumblr par contre connaissaient déjà, mais je n’étais pas un jeune un peu in ou un adolescent boutonneux en recherche de reconnaissance.

Je voulais juste parler avec des gens.
Plein de gens.
Partout.
De n’importe quoi.

Vous commencez à voir le soucis, mais ce n’est pas fini.

Parler avec des gens, ça veut dire aussi qu’ils ont leur opinion, et vous la votre. Quelques clashs sur Twitter plus tard, je découvrais les affres de la communication par écran interposés. Et me disais: « Ne recommençons plus ».

LOL.

Pire que les gachas dans les mobage: les dramas sur internet.

Des gens utilisaient Skype de façon sérieuse post 2008 ?

Des gens utilisaient Skype de façon sérieuse post 2008 ?

Par la suite, vers 2016 je dirais, est apparu Discord.
Discord c’est comme IRC, mais en moins moche: des serveurs séparés, et donc des communautés éclatées, et chacun qui vit dans son coin. Le bon vieux retour aux années 2000, avec une enveloppe neuve. J’étais moyen chaud, mais j’ai fais mon mouton et suivi le troupeau. Meeeeeh.

Et en fait Discord c’est pire que Twitter: le fait d’être dans des communautés en vase clos, avec l’impossibilité de masquer une personne (car remplacer leurs messages par « Message masqué » je n’appelle pas ça un mute), comme sur les vieux forums, fait que non seulement on peut croiser des gens que l’on aime pas, mais en plus c’est dur de les fuir car on ne peut pas les masquer, et on a d’autres choix que d’essayer d’ignorer les messages qu’ils postent, ou de fuir le serveur que l’on a commun avec eux.

Maintenant, il faut présenter la situation actuelle: depuis que j’ai commencé ce blog, ma vie personnelle a évolué, et je suis maintenant père de famille. J’ai une vie stable et bien remplie, un enfant, bientôt deux, et malgré tout, jusqu’à récemment, je passais beaucoup de temps sur les réseaux sociaux. Beaucoup trop. Avant même de me lever, première chose du matin, je regardais mon téléphone pour vois mes notifications et voir un peu ce qu’il s’était passé sur les internets puis me levais, liais une partie de mon flux d’actualité Twitter aux toilettes, remontais les discussions Discord en prenant mon petit déjeuner, et lâchait à peine mon téléphone pour m’occuper de ma fille de 3 ans.

Vous voyez le problème. Beaucoup de parents sont malheureusement comme ça, je ne suis pas une exception, mais je pense que je suis, à ce niveau là, un cas grave.

Et a un moment, je me suis rendu compte que ça n’allait pas. Je m’étais encore disputé sur les internets pour différentes bêtises, impliquant le sous-titrage d’Un AMV Français, le fait que Linux c’est de la merde pour barbus fâchés avec l’ergonomie, et diverses autres conneries, et ces bêtises m’obsédaient a tel point que j’y pensais alors que j’aidais ma fille à s’habiller.

Je pensais à de la merde sur internet un matin a 7h ! Quelle idée !

Du coup, j’ai tout envoyé bouler. J’ai quitté Discord. J’ai supprimé l’application Twitter de mon téléphone (mais n’ai pas coupé mon compte. J’y passe de temps à autres voir mes DM pourris par un certain Pimii, ou m’en sert pour communiquer avec des gens dont je n’ai pas le 06) et je l’ai rangé dans mon sac.

Pas dans ma poche, mais bien dans mon sac.

Ça parait idiot, mais ne pas avoir son téléphone à portée de main a tendance à faire que l’on s’en occupe moins.

Et c’est là pourtant que je me suis rendu compte que je n’allais vraiment pas bien. Je me demandais « Mais, peut être que les gens veulent comprendre ? Je devrais me connecter et regarder » et ça m’a obsédé au moins 2 ou 3 jours.

J’étais littéralement drogué, et en plein manque.

Ce qui était encore plus compliqué, c’est que cette semaine là, je travaillais à distance et était donc chez moi toute la journée. Tant de distractions possibles, de temps à perdre sur internet. Et ça me travaillait, ça m’obsédait.

Et puis ça a arrêté. J’avais d’autres choses à faire. J’ai passé du temps avec ma fille, rangé mon appartement, repeint mon casque de cavalier (je fais de l’escrime médiévale, un sport noble de gens qui aiment se taper dessus avec des épées en acier), passé du temps à lire, et j’ai même été plus productif dans mon travail, car je n’avais pas les réseaux sociaux pour me distraire.

Le soir, je pose mon téléphone en rentrant, je ne le regarde qu’une fois ma fille couchée, et c’est surtout pour jouer à Fate/Grand Order (c’est addictif, mais autant que peut l’être n’importe quel jeu vidéo) ou lire les news sur mon flux RSS.

Maintenant, il faut que je trouve d’autres occupations. Je pense me remettre à regarder des animes ou des séries, surtout que comme nous avons pris Amazon Prime avec ma compagne, nous avons un compte Prime Video (vous pouvez faire des suggestions dans les commentaires), et me remettre à bloguer, ou à écrire, ou les deux.

Mais ça, ça sera à l’automne, car l’été arrive et je risque d’être très occupé, et puis il fera beau, c’est la période des pique nique, des apéros tardifs et des barbecues, ça occupe.

Bref, voilà toutes ces raisons qui m’ont poussé à m’éloigner des réseaux sociaux. Je ne sais pas si vous les comprendrez, je l’espère, et peut être même que vous vous y reconnaitrez, et dans ce cas je vous invite à faire de même: prenez vos distances, vivez votre vie en vrai plutôt que via les internets, et profitez.

Redline: le Forum des Images, la 480p et moi.

Bonjour, comme toujours me voilà avec deux trains de retard, cette fois ci pour vous parler de Redline, le nouveau gros carton de chez Mad House.

Parce que, pirates que vous êtes tous, ou nantais ou parisiens, vous l’avez déjà tous vus, n’est ce pas ?

Après tout c'est le film que même mon chien attendait.

Quoi, non ? Eh bien si ce n’est pas le cas, un article spoiler free vous attends, et encore une fois avec quelques screens pris par moi même en bonus, et du gros 1080p qui tache, s’il vous plait.

Read more »

L’histoire de la génèse du début du chef d’œuvre merveilleux qu’est l’AMV Enfer.

Bonjour, bonsoir, bonjoir.

Au menu de ce soir, un petit bonus, puisque je vais vous faire un peu de serious business avec l’AMV Enfer. Et là vous me dites: quoi ?

Read more »

[En bref] Ou comment parler d’e-penis.

Bonjour, bonsoir, cette fois ci article un peu particulier, puisque je vais vous parler d’ego virtuel.

L'air de rien, icanhascheezburger.com peut illustrer n'importe quel article.

Ça va être aussi bizarre dans le sens où je le fais en one-shot, dans mon lit, en pleine crise d’insomnie, et après que j’ai reçu un beau mail qui flatte l’ego. Ce qui m’inquiète un peu c’est comment la demoiselle qui m’a envoyé ça a eu mon adresse mail perso, celle ci n’étant pas sur le blog. J’en ai ajouté une via gravatar, vous pourrez m’envoyer votre amour.

Mais passons.

Il n’y a pas longtemps, je me suis quasiment masturbé en voyant que j’avais fait 10 commentaires rien que sur mon article sur UtaPri. Certes, c’était loin d’être un chef d’œuvre mais j’ai eu pas mal de retours me faisant comprendre qu’on aimait bien la merde que j’écrivais.

Vous imaginez bien que la dure loi des chiffres, caressant mon ego tel Casanova caresse son chien, me susurra à l’oreille: va voir tes statistiques de visiteurs.

J'ai élargi ton e-penis. Heureux ?

Statistiques sur lesquelles je m’empressais de me jeter, et où je me dis « OH MAIS OUI ! », voyant alors la célébrité me courir après, les femmes se prosterner devant moi et le président me remettre la médaille du mérite.

Jusqu’à ce qu’encore une fois, la dure loi du chiffre me prouve qu’elle est vraiment dure et m’explique à nouveau l’humilité.

Qu'espérais-tu ?

10000 par mois. Début 2009. Et ce n’est qu’un exemple, j’ai juste choisi le premier de mes blogs favoris.

Tu le sens ton e-penis digne d’un japonais standard ?

Pour les intéressés, depuis son inscription il y a 15 jours sur Sama et Nanami (faisons de la pub pour ce qui ramène du visiteur), le blog génère en moyenne 100 pages vues chaque jour. Il a actuellement passé les 2300 pages vues, dont près de 1500 depuis son référencement, et l’article le plus consulté est celui sur UtaPri, comme je le disais plus haut, avec plus de 300 vues, et suivi de près par celui sur YuruYuri.

Et c’est sommes toutes pas mal pour un blog qui n’a que deux mois d’existence, non ?

Je vous remercie d’avoir subi mon ego débordant durant la nuit et vous souhaite une bonne soirée/journée/whatever. Pour ceux qui me suivent pour mes articles d’animé, je lance un nouveau vote à droite, pour savoir qui passera au jugement en un seul épisode. A savoir que le prochain sera Baccano, courant Aout.

Ou comment faire du service technique.

Aujourd’hui, un article un peu à contrepied de l’otageek que je fais habituellement, puisque je vais vous faire un sympathique article sur… mon travail !

Sans entrer dans le détail, je fais pas mal de dépannage et de maintenance d’ordinateur chez des particuliers ou des professionnels, et j’ai parfois de belles surprises, qui me font sourire.

On sait ce que l'on fait. Enfin souvent.

Petit exemple ce matin: M., sympathique secrétaire de direction, m’appelle en me disant: « Outlook ne fonctionne plus, au secours ! ». Je ne m’embête pas, je me connecte via TeamViewer, je regarde un peu et fait: « En fait, il faut juste cliquer là ».

La pauvre avait cliqué par erreur sur la petite flèche à côté de la date du jour dans sa liste de mails, et donc réduit celle ci, ne voyant donc plus ses mails, qui étaient pourtant là.

Et en fait, ce genre de bêtises, ça arrive très souvent, ce n’est pas une légende urbaine !

Autre exemple, deux mois plus tôt, un sympathique couples de personnes ‘âgées’ (en retraite depuis 1 et 3 ans, c’est des jeunes vieux), qui m’appelle pour intervenir car il n’y a plus le son sur l’ordinateur.

A peine arrivé dans l’appartement, quelques détails me mettent la puce à l’oreille, une ombre furtive m’interpelle, et je me doute du pot aux roses: le criminel se cache dans une des pièces.

Read more »

Ou comment parler du jour où j’ai quitté Facebook

Pour que vous ne quittiez pas, vous ne pouvez pas lire le captcha.

Facebook est un peu une drogue moderne.

Non, en fait j’exagère: c’est une drogue moderne.

Read more »

Ou comment parler du jour où j’ai quitté Facebook

Pour que vous ne quittiez pas, vous ne pouvez pas lire le captcha.

Facebook est un peu une drogue moderne.

Non, en fait j’exagère: c’est une drogue moderne.

Read more »