L’histoire de la génèse du début du chef d’œuvre merveilleux qu’est l’AMV Enfer.

Bonjour, bonsoir, bonjoir.

Au menu de ce soir, un petit bonus, puisque je vais vous faire un peu de serious business avec l’AMV Enfer. Et là vous me dites: quoi ?

L’AMV Enfer, c’est un truc qui a accouché du cerveau bizarre du Concombre Masqué, un jour ou, bourré, il regardait l’AMV Hell 3. Après, il faut savoir ce que c’est que l’AMV Hell. Pour faire court, on va dire que c’est un regroupement plus ou moins anarchique de montages délirants sur des animés divers et variés. Je vous invite à regarder ceci (attention, lien bruyant) par exemple, pour comprendre de quoi l’on parle.

On y est ? Et bien, à l’attaque !

Je vous dit qu'elle est consentante.

Donc, l’AMV Enfer, c’est la même chose, mais comme son nom l’indique, y a de la french touch dedans, et ça a pas mauvais goût. C’est perfectible, mais tout est perfectible.

Mais, avant que vous puissiez trouver le lien, je vais encore vous tenir un peu la jambe, et faire un retour dessus pour fêter mon dixième visionnage de la chose.

Oui, 10. Sans oublier mes 4 fois sur la préversion de l’Epitanime.

Car l’AMV Enfer a une histoire, qui mérite d’être contée, et qui commence donc par Concombre, bourré après un demi Monaco (oui, il parait qu’il y a de l’alcool dans les Monaco), qui se dit: et si je faisais pareil.

Le lendemain, avec une poutre dans la tête de la taille d’un séquoia, il lance donc le grand projet: l’AMV Hell à Problèmes.

Comme on peut le voir, il a été noté peut mieux faire, comme beaucoup de choses que vous pouvez faire en étant bourré (cela implique également ce que vous pouvez faire avec d’autres femmes/hommes/animaux), mais rencontra malgré tout son heure de gloire (enfin très exactement 57 min 34 s 43 centièmes, en comptant mon chien qui l’a ouvert en marchant sur mon laptop) auprès des gens de l’internet au courant et responsables de la chose.

Car, ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que ce genre de méfait se fait toujours en bande, de la même façon que l’on braque une banque ou vole une sucette aux enfants seulement en étant suffisamment nombreux.

Ils furent donc plusieurs à être impliqués, et devant l’immense succès (de 57min 34s) de la chose, le Concombre, un peu décuvé, se dit: « J’ai fait de la grosse merde, je dois vite me rattraper. »

Vous ne savez pas à quel point on peut ruiner cette scène, jusqu'à voir ce foutu clip.

Ruiné par le Monaco, incapable de trouver le bouton « Supprimer la vidéo » sur Dailymotion, il lance un plan de secours, où il appelle alors la crème de l’internet à sa rescousse.

Et la crème de l’internet s’en bat les steaks, et il se retrouve à la place avec une bande de bras cassés, impliquant un nain à chapeau, un communiste, une maniaque des autobus, un affecté du syndrome de la Tourette, plein d’autres gens que je ne connais pas assez, ainsi que moi même, à lancer un projet complètement farfelu: on fait la même, en mieux, et on le diffuse à l’Epitanime !

Stupéfaction, horreur et tout ce qui s’en suit à travers les rangs: seront nous dignes de faire un tel étron pour ce beau chiotte qu’est la convention pré-Japan Expo ?? Ben à vrai dire, je vous laisse juger par vous même, on continue dans une heure.

Je ne peux pas intégrer de vidéo ExposureRoom, alors cliquez 🙁

Bien, je ne vous demanderai pas votre avis de suite, de toute façon je suis sur que vous l’avez déjà fait sur le blog de Concombre, mais par contre, je vais vous dire le mien. Et même vous faire un top/flop, parce que j’aime bien.

Everybody on the dancefloor !

Déjà, mon avis général est que ça passe bien mieux que les AMV Hell. Pourquoi ? Car plus français. C’est logique en un sens, mais si vous le regardez avec des amis, vous verrez que les obscurs sketchs en anglais, aux références difficiles à comprendre, ne les feront pas réagir, alors que Super Timor ou les roues de l’autobus les feront immédiatement se marrer. Le truc ici n’est clairement pas une barrière des langues, mais plutôt des références. Ce qui plombe le truc, c’est les références trop lointaines. Ce qui le sauve, c’est les blagues directes et la culture populaire française. Je suis sur que si on intégrait des répliques légendaires de Loft Story ou de Moundir, ça passerait sans problèmes auprès de 90% des humains qui regardent ça.

Ensuite, y a ce sens du goût dont a su faire preuve le cucurbitacée (et pourtant nous parlons d’un fan de Crona, dans Soul Eater, quand même), et ce montage exquis, alternant gentiment les sketchs musicaux aux sketchs parlés, et intercalant l’un des meilleurs running gag, celui qui parle de la vie d’aventurier là. Et qui éclipse malheureusement celui avec Victorique…

De plus, on ne pourra que citer pas mal d’excellentes blagues en français, ou encore le fait d’avoir réussi à caser du Brassens, du Lorie et les 2be3 en moins d’une heure. Même la fonction shuffle de mon lecteur média fait pas aussi bien.

Enfin il y a ce choix particulier mais de bon goût d’avoir créé des logos de transition pour chaque participant. c’est vraiment sympa.

Pantsu everywhere.

A contrario, il y a ce vilain jingle trop long pour les AMV excellents, ce qui casse le rythme.

Il y a aussi les private joke, obscures pour 90% des gens. Le deuxième AMV est déjà une semi private joke, et ça, ça le fait pas.

Et puis il y a ces AMV en anglais, comme celui du Commandant avec Azumanga Daioh et The IT Crowd, totalement incompréhensible si on a pas vu la série (et pas spécialement drôle, de qui plus est).

Mais par contre, il y a le plus gros troll de l’histoire, à savoir le coup du spoiler Portal 2, ou l’on vous révèle en gros qu’à la fin de Portal 2, you’re in space. Oui, moi aussi je vous ai spoilé. Ça vous emmerde ? Tant mieux. La moitié des gens l’ayant vu est montée au créneau, pour des raisons que je ne comprends pas, vu que je ne vois pas en quoi c’est un spoiler. On en apprend largement plus pendant le reste du jeu qu’à la fin (Médiocre au passage ce jeu, mais ça c’est mon avis. Portal 1 > Portal 2.)

En terme de spoil, je vous rappelle que les crédits de fin vous spoilent End of Evangelion et Eva 2.0, Madoka, Gurren Lagann, Baccano, et pleins d’autres trucs que j’oublie. Que vous vous faites spoiler aussi la fin de Gurren Lagann durant un certain clip avec un boys band caché dedans.

Mais comme Raton Laveur, respectant bien la fonction principale de sa bestiole favorite, est lui aussi monté au créneau, on a un beau « alerte spoiler » sur la version 2.

VROUM VROUM VROUM

Voilà pour le venin, je dois pas perdre la forme.

Je reviendrai quand même sur un truc: la performance d’Amo, qui a rushé des sous-titres en un temps record afin de rendre compréhensible au plus grand nombre la majorité des clips en anglais. Merci Amo.

Il reste que malgré tout ses défauts, l’AMV Enfer a été applaudit à ses deux séances à l’Epitanime, que je pense que ça a été de même lors de la diffusion à la Japan Expo, et que même si c’est un épiphénomène, comme Haruhi, on peut être fier de ce qui en est sorti, comme quand on regarde au fond des toilettes avec un air vaguement admiratif, en se disant: j’ai vraiment pondu ça ?

Je tiens enfin à préciser que tout cela ne nous a pas totalement dissuadé. Les communistes ont repris l’idée, et donc l’AMV Enfer 2 est sur les rails, vous pouvez suivre l’évolution ou participer à cette adresse. S’y trouve également les versions direct download, avec les sous titres.

Sur ce je vous souhaite une bonne nuit, prochain article quand j’aurai enfin vu ce foutu épisode 6 !

Laisser un commentaire