Je me demande ce que je fume des fois. (The Idolmaster inside)

Bonjour à tous. C’est malheureusement en lisant un article de blog du mec pas très grand d’à côté que j’ai eu une idée saugrenue:

Que serait devenue certaines des héroïnes de The Idolm@ster si elles n’étaient pas devenues des idols ?

Allez, tour d’horizon, personnage par personnage.

Note: Je ne vais pas couvrir l’intégralité du cast, une bonne partie d’entre elles ne m’inspirent pas.

Haruka :

Je commence par le personnage le plus difficile à mon goût. Avec sa personnalité super positive, tellement ‘never give up’, on pourrait lui refiler bien des rôles magiques, et pourtant j’ai vraiment du mal à la caser.
Bien que son côté cuisinière me laisse à penser qu’elle aurait pu finir pâtissière, je la vois bizarrement beaucoup mieux dans un rôle un peu à l’opposé de ses qualités. J’en suis arrivé à l’imaginer dans un rôle curieux, à savoir gérante d’un onsen. Pourtant, en étant plus terre à terre, je pense que Haruka ferait une excellente infirmière. Le genre qui vous met un pansement au doigt et fait un bisou qui guérit dessus.

Yukiho :

Avec son horrible phobie des hommes, Yukiho est un des personnages difficiles à imaginer en quoi que ce soit. Le truc est que l’on ne peut pas l’imaginer non plus en hikikomori, le personnage ne va pas du tout, et l’environnement familial encore moins, vu qu’elle sort d’une famille très traditionnelle.
J’ai très vite pensé à l’imaginer en femme au foyer, mais Yukiho quoi… Femme au foyer…. Pas possible. Vraiment.
Mon esprit a dérapé, j’ai continué un peu, et j’ai imaginé l’évolution. Lycée pour filles, club sportif, elle finit très vite championne d’arts martiaux.
Elle ouvre au final son propre dojo et devient maitre d’Aïkido, apprenant aux demoiselles comment se défendre contre ces horribles prédateurs à testicules.

Yayoi :

Bonjour, je vous présente le lapin Duracell en version moe. Yayoi est juste, avec les jumelles, une véritable pile électrique. Sauf que contrairement aux deux autres, elle est plutôt le genre ‘brin de fraicheur’ plutôt que ‘réservoir de folie’, ce qui la classe différemment.
Yayoi est un personnage que j’ai également immédiatement vu en mère au foyer. Puis j’ai stoppé très vite. En fait, et ce n’est pas du à son jeune age, mais je ne l’imagine que difficilement dans une relation. Beaucoup trop sociable, beaucoup trop facilement abordable, les hommes lui tourneraient trop autour, et ses relations amoureuses en souffriraient.
La question est alors, que ferait elle ? Ma première idée a été de la caser freelance, le genre à changer de boulot tout les mois, et à en cumuler trois en même temps. Je l’ai vue aussi en bénévole à la croix rouge, ou travaillant dans une maison de retraite. La maison de retraite lui va très bien, c’est sûr, mais je me suis rappelé de l’épisode ‘Are we live !?’, et c’est vite devenu évident.
Yayoi serait une parfaite maitresse d’école, mais en maternelle ou en crèche. J’ai peur qu’à partir du CE2 elle se fasse marcher sur les pieds par ses élèves.

Makoto :

Un de mes personnages favori. Et surement celle que l’on imagine le plus difficilement sortir de son carcan. Totalement coincée de par son côté masculin, je l’imaginais au début au théâtre, jouant pas mal de rôles masculins. Je l’avais également imaginée, elle aussi, reprendre un dojo. Mais ça ne correspond justement pas à sa personnalité, qui a tendance à repousser la masculinité totale que lui a imposé son père.
Je la voyais totalement en salary woman, un peu aigrie de ne pas trouver d’homme, et finissant vieille fille. Plutôt triste. Et puis m’est venue l’idée.
Gymnaste. Elle ferait une parfaite gymnaste. Elle est très sportive, et ne peut rêver mieux qu’un sport qui mettrait en avant toute la grâce et la féminité dont elle veut faire preuve.
Ah, et je ne peux que la figurer avec des cheveux longs, en ponytail.

Ami :

Oui, je sépare les deux sœurs. Je ne peux pas les imaginer collées l’une à l’autre toute leur vie. Leur dépendance totale, très exprimée dans la série après la formation de Ryuugu Komachi, va très vite s’amenuiser avec l’age.
Ami reste très farceuse, la maturité ne la calmant que peu. Très enfantine, elle aura pas mal de soucis de cœur, et aura tendance à avoir des amis plus jeunes qu’elle. Elle se calmera toutefois, mais la question sera: pour faire quoi ?
C’est l’un des rares personnages que je ne peux pas imaginer sortir du monde du spectacle. Bien que je la voyais au début vedette de cirque, le genre acrobate, je ne pouvais lui apposer un rôle muet. Je la vois très mal actrice, et encore moins comique.
Pour moi Ami va donc s’assagir à moitié, et finir dans un métier un peu différent: styliste. Mais le genre excentrique, qui fait des défilés dans des hangars à bateaux, avec des filles habillées avec des cartons à tomates et des pneus recyclés.
Et le pire c’est qu’elle ne le fera que par ce que ça défraie la chronique. Il est à noter qu’elle aura aussi pas mal de soucis avec la justice pour bien des choses liées, surtout  cause des saladiers de coke je pense. Showbiz, tout ça…

Mami :

Ne citons pas une sœur sans l’autre. Là ou Ami tourne un peu berserk, et fais ce qu’elle veut se sa vie, Mami décide qu’il faut bien qu’il y en ai une des deux qui soit sérieuse. Faisant de hautes études, elle s’immerge peu à peu de plus en plus dans le travail.
Elle finit juriste, s’immerge dans le travail à 100%, s’inscrit à plusieurs sites à buts matrimoniaux, et finit pourtant par vivre seule avec son chat.
Malheureusement pour elle, sa sœur a acheté tout le reste de l’immeuble où elle habite, ce qui rend assez peu calme ses soirées, et hystérique son chat.
Elle finit par s’enfuir et achète une auberge traditionnelle dont elle exerce la gérance à mi-temps. et profite de vivre très loin de ce monde de fous.
Et de sa sœur.

Takane :

Facile.
Trop facile.
Trop trop facile.
Rédactrice du Guide du Routard, Takane ira dépouiller à l’œil tous les restaurants de la planète.
Sans grossir.
U MAD ?

Iori :

J’ai pas mal réfléchis à ce qu’aurait pu être Iori. Avec un setting pareil (fille de famille riche et de bonne éducation), je la voyais mariée directement par arrangement plus ou moins monétaire. Puis je l’ai vue partir dans un délire à la Paris Hilton, mais je me suis dit que ça ne collait vraiment pas au personnage.
Toutefois, j’ai un peu tourné sur l’idée. Devant se retrouvée mariée avec un homme qu’elle n’a jamais vu, et dont elle ne veut pas entendre parler, Iori fuit la demeure familiale et va se réfugier chez une vieille amie de fac. Celle ci essaie de lui trouver une solution, et l’introduit à une autre amie qui tient une auberge traditionnelle.
Elle finit par exercer la gérance de l’auberge à mi-temps avec une certaine Mami.

 ===

Je vais recommencer à bloguer au fur et à mesure de ma motivation, mais j’ai deux trois articles en chantier, donc ça viendra vite.
Contrairement à ce que l’on peut penser, j’ai beau regarder toute la merde de l’univers, je n’ai pas toujours envie d’en parler. Sachez toutefois que je vais très bientôt me pencher sur les animés du printemps 2012, maintenant que ça fait 5 semaines que la saison a commencé et que j’ai pu en regarder une bonne partie.

Et je n’ai parlerai pas de Sakamichi no Apollon.

{ commentaire ? }

  1. kohaku

    Savoir comment elles vont finir ? Pour pas mal c’est facile :
    Haruka : pute
    Yukiho : pute
    Yayoi : pute
    Iori : pute
    Bon à la rigueur Yukiho peut faire serveuse dans un family restaurant si elle frappe assez fort.
    Et Makoto elle peut passer 19 ans dans mon grenier par exemple.

  2. Amo

    ET MIKI PUTAIN ? ET MIKI ! ON VEUT SAVOIR POUR MIKI §§§

  3. X4713R

    Elle finit pas mariée au Producer dans le jeu ? Même qu’elle se coupe les cheveux et arrête de les teindre ?

  4. Tetho

    Si elles n’étaient pas devenues idols elles seraient toutes devenues pilotes de robots.

    …sauf Yayoi, Miki, Takane et Hibiki.

Laisser un commentaire