Je devais parler de My Little Pony, mais mon chien a mangé mon article.

Bonjour ou bonsoir à tous.

Mauvaise foi toujours puisque aujourd’hui mon chien a dévoré la disquette 3.5″ qui contenait mon article. Il a appuyé sur le bouton eject du lecteur, à pris le disque et l’a mâchouillé, je l’ai vu faire.
Oui oui. J’ai pas de chien, ni de lecteur disquettes, mais c’est une histoire vraie.

Donc à la place, je vais vous faire une autre critique basée sur un premier épisode, et pas n’importe quoi s’il vous plait vu qu’il s’agit d’un Tokusatsu, très exactement même un Tokusatsu d’onna senshi (merci Wikipedia), adaptation d’un truc qu’on a tous vus quand on étaient petits.
Des magical girls, un truc de notre jeunesse, vous voyez vraiment pas ?
Et si je vous parle de seifuku et de la lune, vous retrouvez pas ?

Ça vous apprendra à avoir voté My Little Pony.

Si il y a bien un truc que j’ai toujours adoré, c’était ces supers séries avec des mecs en armure qui castagnaient des méchants. Quand j’étais plus petit y avait Bioman. Y a bien eu San Ku Kai ou X-Or, mais j’étais trop môme pour m’en souvenir.

Ce qui est génial dans ces séries, ça reste le scénario pas du tout compliqué, les plans à la noix des méchants, et le fait que les héros vont toujours finir par gagner. L’exemple le plus parlant pour tout le monde sera bien évidemment Power Rangers. En France à un moment, y en avait partout, mon petit frère avait même le costume du Ranger Vert, c’est dire. Moi j’étais super fan. Ça se castagnait, les héros collaient une grande raclée au vilain, et paf il qui grandit, Megazord, go go Power Rangers, bottage de fesses, et on rentre à la maison.

Mais en fait ce que j’aimais pas dans Power Rangers c’était justement la phase méchants géants contre Megazord, cheap à souhait, avec les immeubles en carton. Ça se voyait trop, et j’avais peut être que sept ou huit ans mais ça me plaisait déjà pas du tout. Moi j’adorais quand il mettaient une dérouillée aux sbires tout faibles au début. Et donc j’ai fini par bouder les Rangers à cause de ça, et tant qu’à m’abrutir le cerveau, j’ai pris l’autre télé et zappé, et j’ai découvert Sailor Moon.

C'est pas vrai, il a pas osé...

Ah mais Sailor Moon, c’était super, vraiment ! Une héroïne mignonne, bien qu’un peu coconne avec le recul, comme bien d’autres filles du genre (Saya, je te parles.), accompagnée de cet espèce de chat mutant, qui avec ses copines combat les monstres et les méchants qui veulent voler le pouvoir d’un cristal. Je dois avouer que mes souvenirs remontent loin, et qu’un jour je les regarderais à nouveau pour me remettre les idées en place.

Mais, en attendant, j’ai découvert qu’il y avait, et là on en vient enfin à mon article, une version live, avec des vrais actrices, de Sailor Moon. J’ai pas pu résister. Je cherchais désespérément une excuse pour ne pas parler de My Little Pony, car je dois le dire franchement, tout l’univers en parle, donc moi pas, c’est trop mainstream (excuse en bois), et j’ai découvert ça.

Et donc, grâce aux joies de Dailymotion qui a les épisodes sous titrés (vous chercherez), j’ai pu regarder le premier et me faire une idée. Et cette idée vous allez l’avoir. Et sans résumé, pour une fois, on connait tous Sailor Moon.

Donc ici, on a encore une fois l’introduction merveilleuse, pleine d’effets spéciaux à câbles et d’incrustations d’effets, ou Sailor V combat Tuxedo Kamen, l’antagoniste récurrent des Sailor. Vu qu’il est en train de s’enfuir avec un tas de choses volées, je me dois de faire une blague en disant que ça doit se passer à Londres, donc qu’il à juste fait son shopping, et que je ne vois aucune raison pour qu’il se fasse agresser par une blonde qui fait des pirouettes dans la rue.

Car oui, allons y, allons sur les chorégraphies de combat ! Si Sailor V fait la roue, tourne sur elle même et fait des salto avant, Sailor Moon quand à elle nous vend du rêve avec de superbes chassés qui, si jamais elle prend sa retraite de protectrice planétaire, lui vaudra une belle place dans un ballet. Je la verrai bien faire Odile, dans le Lac des Cygnes. Kamen s’en sort pas mieux, et a des mouvements dignes d’un danseur de boléro avec un balai dans l’arrière train, c’est dommage.

Sinon, je suis toujours aussi fan du jeu d’acteur super exagéré des japonais, quand on le regarde de chez nous, ça parait totalement irréaliste. Rien qu’à voir l’héroïne, bourrée de réactions super exagérées et stéréotypées, qui passent super bien dans un anime mais surement pas en vrai, on a du mal à s’y faire. J’ai l’impression de voir Le Miel et les Abeilles joué par des asiatiques, c’est dire. La scène ou la meilleure amie de l’héroïne découvre que sa mère est possédée, je facepalmais de tout le long, un jeu d’acteur digne d’une JAV et des réactions aussi vraies que moi qui fait semblant d’être désolé de pas parler de MLP.

Je me dois également de vous parler de Luna, qui est soit interprétée par des effets CG de qualité (…), mais pas tout le temps, soit directement par une peluche de chat à laquelle on change l’expression des yeux entre deux plans. On comprend très vite que c’est une marionnette en gros plan, et qu’on utilise des effets spéciaux plutôt que d’effacer le bras en plan large. C’est assez effrayant en fait comme principe, et c’est visiblement fait pour réduire le budget CG des épisodes. Notons également le monstre qui possède la mère de la meilleure amie de l’héroïne (c’est bon, vous avez suivi ?), superbes effets semi translucides et se résumant à trois mains qui poursuivent l’héroïne. Si on avait été dans un manga cochon, ça aurait très mal tourné.

Et encore en live l'animation fait ultra cheap. Ma cousine de cinq ans fait mieux avec ses peluches.

Le top reste le nom des attaques en anglais. Déjà dans la VO, c’est hilarant, mais alors en live, faut rester calme. Avec en plus la chorégraphie de lancé d’attaques, la musique, les effets sons, je vous promets que j’ai manqué de m’étrangler et ai du mettre en pause pour ne pas y passer. Moon Prism Power m’a entamé (sa transformation, avec les mouvements de main ninja), mais alors le Moon Healing Escalation a failli me tuer.

La scène de transformation respecte relativement bien l’animé, mais avec des effets dégueulasses pour une série de 2004, et une incrustation encore plus mauvaise que celle d’un journal télévisé roumain. Et tout est comme ça: son téléphone de transformation ressemble à la version jouet de chez Mattel, son sceptre aussi, et à chaque fois qu’elle lance une attaque en anglais, un effet écho est ajouté à sa voix afin qu’on ai l’impression qu’elle parle dans le Grand Canyon.

Les costumes également font parfois cosplay raté. Tuxedo Kamen se paie une belle cape, mais son haut de forme fait très faux, sa baguette semble en plastique, et son masque à l’air découpé dans du carton épais. Le costume des Sailor est de meilleure qualité mais les bottes ne sont même pas ajustées à leur taille de pied, ça se voit sur certains plans, et semblent être faites dans le même plastique que des chaussures de plage. La chose qui à du coûter le plus cher à la production doit être les bijoux dont ils doivent parer les mannequins lors du défilé autour duquel s’oriente la deuxième moitié de l’épisode. Radiner sur le costume des héroïnes pour une série de 50 épisodes, ça fait vraiment pingre je trouve.

Mais bon, je parle, je grince, je râle, mais il faut quand même que je vous donne mon avis sur la chose, de façon ferme et tranchée.

Faut bien que j'apparaisse à un moment ou un autre !

Et ça sera même un avis comparatif, car j’ai quand même vu l’épisode 1 de My Little Pony avant de faire cet article, et que c’est pour ça que j’en suis venu à le faire, justement.

Je n’ai pas spécialement aimé MLP, comme bien d’autres créations américaines avant. Je bloque sur l’animation américaine depuis l’après Batman et Tortues Ninja dirais je, et la première chose qui m’a fait du mal reste les Super Nanas, et ce design très particulier qui m’a rebuté. Le laboratoire de Dexter, et bien d’autres choses avaient un dessin semblable, et j’avais fait l’effort d’aller au delà, mais n’y trouvait vraiment pas ce qui me faisait envie quand je regarde un dessin animé, et c’est pour ça que je me suis tourné peu à peu vers l’animation japonaise.

Je pensais que MLP me réconcilierait avec le genre, mais j’y ai retrouvé tout ce que je n’aimais pas, un scénario simpliste mais pas dans le sens où je l’apprécie, des relations entre personnages qui semblent totalement décalées avec le contexte, et surtout le fait que le personnage principal soit l’archétype du héros de comics américain: un peu nerdy et socialement bloqué. Si vous ne comprenez pas, regardez donc Heroman, vous comprendrez pourquoi ça s’est cassé la gueule.

Et donc à comparer j’ai préféré ce live action de Sailor Moon. Pourquoi ? Car, au delà du fait que c’est fait avec le budget d’étudiants en cinéma fauché et que les acteurs jouent comme dans une sitcom, on y retrouve justement cette patte japonaise, exploitant les clichés du genre à chaque fois, et il arrive à transparaitre entre deux actions cheap la volonté de l’auteur d’origine, à savoir offrir des personnages simples, qui donnent envie de suivre leurs aventures, de se prendre au jeu. Et là ou je me suis pris au jeu avec Usagi, Twilight Sparkle m’a laissé de marbre, en grognasse insolente, là ou j’ai rigolé sur les effets spéciaux, le design léché de MLP m’a laissé froid, et surtout si il y a bien un truc que je hais, c’est les pseudos cliffanghers en fin d’épisode alors que ce n’est pas nécessaire une seule seconde. C’est un truc pour gosse qui sera pas suivi forcément chaque semaine avec exactitude, vous nous emmerdez là, sérieusement ! Surtout au premier épisode ! Un premier épisode se doit d’avoir un début et une fin condensée en 20 à 35 minutes, selon le type de programme. Sinon on y reviendra pas, car on ne peut pas se faire une idée.

Donc, désolé les bronies, mais là je n’ai pas aimé MLP, ça ne m’a pas fait rire plus que ça, l’histoire ne m’as pas emballé, et les persos sont trop américains pour moi. Sur ce, pour troller, c’est en dessous, pour parler de Sailor Moon c’est en dessous, et pour me dire que j’ai fait du sankaku complex, abstenez vous.

Allez, je vous laisse là et vous souhaite une bonne journée, ou soirée. La prochaine fois, on va parler de la frustration des séries interrompues en cours, que ce soit en France par les éditeurs ou directement au Japon.

{ commentaire ? }

  1. Corti

    Quel manque de goût. Cette série, c’est le bien ! À jamais, je lui crierais mon amour là : http://puceau.corti.over-blog.com/article-24100004.html

    Et pis, y’a ce passage culte : http://www.youtube.com/watch?v=BYTSDVYXwJU&NR=1

    Pour en revenir à MLP, il n’y a que les deux premiers épisodes qui forment un tout. Après, ce ne sont que des stand-alones.

Laisser un commentaire