Blog Archives

J’ai des goûts douteux et je me porte bien.

Bonjour à tous !

Ces temps ci, retour un peu sur la daube que je regarde, histoire de montrer que je ne suis pas un homme de goût.

Rinne no Lagrange et les clichés gros comme un immeuble

Putain mais je viens de voir l’épisode 5, et c’était toujours tellement téléphoné. Et pourtant j’accroche. L’épisode 1 était un pur cliché mécha, les épisodes 2 et 3 posaient les bases ultra basiques des séries du genre, le quatrième recyclait pas mal cette situation de l’approche de l’espion, et le cinquième semble avoir été écrit par moi en primaire tellement son déroulement était FACILE.

Et pourtant je regarde.

Et pourtant j’apprécie.

Pourquoi ? Je ne sais pas, par curiosité peut être, ou par masochisme. Ce même plaisir dans la douleur que j’ai ressenti quand je regardais Blood-C. Puis j’ai pris le dernier épisode dans le genou. C’est con, c’est pas comme les flèches, ça sert pas de leçon.

Je vais continuer d’y croire, car après tout l’héroïne est tellement mignonne et genki que je ne peux que craquer.

Et Muginami a des gros boobs.

Spin to win.

Moretsu Pirates, que je ne regarde qu’en pensant à Harlock

Et dire que d’habitude je boude les pirates en faveur des ninjas. Mais bon là une lycéenne capitaine pirate, j’ai craqué. Je suis faible.

C’est globalement pas mauvais, mais c’est leeeeeeeeeent, et l’épisode de la sortie sur la coque du vaisseau, avec la négligence totale d’un truc nommé ‘gravité zéro’ a un peu niqué l’aspect serious business stratégique qui se déroule par la suite. Et c’est bien dommage, car même si la série ne brille pas de son originalité, la réalisation propre et le fait que l’héroïne n’ait pas une tronche de tête à claque aident beaucoup.

Mention non spéciale à cet horrible opening qui tue les oreilles, même si il ne sera jamais aussi efficace que celui de Kill me Baby, capable de me déclencher des crises d’angoisses.

Are you my mommy ?

Kill me Baby, pour me réconcilier avec les ninjas

Je ne regarde Kill me Baby que pour la ninja. Véridique. L’héroïne tueuse est désagréable au possible, et le sidekick tellement useless que l’on rêve qu’ils meurent tués par un ours. Manque de pot…

Tout comme un Nichijou, la série repose sur l’humour absurde, les jeux de mots curieux et ces plaisanteries typiquement japonaises et obscures pour l’européen. J’ignore si ça fait un carton au japon, mais chez nous ça risquerait pas de vendre.

La gravité c'est mainstream.

Herr Guilty Crown

J’ai un sacré retard sur la série, je me suis arrêté après le remake de l’arc Pain dans l’épisode 11, mais je suis épaté de voir que personne n’a encore attaqué les studios pour tenter d’abattre le scénariste. Sinon, la rumeur parle de Fuhrer-Shu, je dois voir ça. A tout prix. Ça serait peut être la seule façon de remonter la série, celle ci ne proposant pas suffisamment de personnages féminins bien roulés pour faire comme Code Geass R2 afin de ramener de l’audimat.

Je maintiens que de mettre la nana la mieux pourvue du cast dans une chaise roulante a tué la série. Ça aurait été tellement merveilleux de la voir courir vers son cockpit de pilotage avec un superbe ralenti giggling boobs.

Cette série est tellement daubesque que je vous ai choisi un screen non représentatif.

Inu x Boku Secret Service, puis je glisser mon doigt entre ton bas et ta cuisse ?

Je ne regarde la série que parce que je lis le manga. Et je ne lis le manga que parce que je l’ai choisi à la couverture du tome 1. Je vous remercierai de ne pas appeler la brigade des mœurs tout de suite, je ne ne suis pas encore totalement perdu. Mais ce zettai ryouiki sur une loli brune, c’était très difficile de résister.

Il faut avouer que la série en elle même est plutôt drôle, tout en laissant entrevoir du serious business se cacher derrière. Le duo de l’héroïne et de son ‘chien’ est savoureux à souhait, les rôles ayant tendance à s’intervertir de façon discrète assez régulièrement.

Mais oui, je l’ai choisi à la couverture, et j’espérais bien plus de loli service. Mademoiselle, (ne) cachez donc (pas) ces cuisses que je ne saurai voir.

Maison de Ayakashi. Un titre qui vend du rêve français.

The Idolmaster: MikiMiki.

Je pourrais faire un grand résumé mais… MikiMiki.

Also, l’épisode 8 était de qualité, et le 9 a parfaitement suivi. Moi qui m’attendais à un truc un peu rébarbatif, ciblant les gros fans du jeu, je ne peux plus que fermer ma gueule et regarder en silence.

Mon top 5: Miki, Makoto, Yayoi, Takane, Azusa.

Tiens, je voulais chercher un autre screen mais celui là est très bien.

Et vous savez quoi ? Je stoppe là. Eh oui, c’était pas un vrai article, juste deux trois impressions comme ça, mais j’avais envie de vous les faire partager.

Sinon l’épisode 5 de Nisemonogatari était super. Et il sentait aussi bien le nord profond. Là où y a des consanguins.

Ciao !

Parfois c’est difficile d’admettre ce genre de choses mais…

… je me refais tout les Code Geass.

Bon, déjà, n’oublions pas les politesses d’usage, bonjour à toutes et à tous.

J’ai cette petite réflexion à cette heure tardive à cause d’un autre animé qui m’a replongé dedans et me permets de mieux appréhender ce premier: Guilty Crown, que j’ai continué, un peu par curiosité, un peu par masochisme.

Comme il n'y aura pas beaucoup de screenshots dans cet article, je vous met les fesses de la loli à la place.
Cette article n’aura que deux screens. De fesses.

Comme je l’avais dit dans l’article juste en dessous, le parallèle est super facile entre ces deux séries, surtout quand on sait, comme je l’ai appris après, que c’est le même scénariste pour les deux cas. Mais je ne vais pas revenir sur Guilty Crown en détail, vu que ça reste encore super moyen, notamment à cause du fait que son héros est un trou du cul, mais ça a tendance à s’améliorer malgré des ficelles scénaristiques grosses comme l’univers. J’ai presque pas eu envie de baffer Shu de tout l’épisode 6, c’est dire.

Retour rapide sur Code Geass.

A l’époque ou c’est sorti, on se rappelle tous du carton que ça a été. On regardait tous Code Geass, on était véritablement à fond, et à chaque fois que l’on bouffait un retournement de situation, c’était genre « Ah mais c’est quoi cette histoire, d’où ça sort ? »

En revisionnant la série, ne l’ayant jamais revue depuis sa première diffusion, je dois avouer que ça passe encore bien, mais je me rends compte que ça commence vraiment un peu de façon poussive et plus ou moins inexplicable: d’un coup Lelouch à son pouvoir, sait parfaitement l’utiliser et force tout les britanniens à se suicider, pour se rendre compte 15s après « Oh mon dieu, comment j’ai fait ça ? ». Mais son intelligence, son sens tactique et un tas d’autres petites choses, impliquant son ego démesuré et le fait que Britannia soit dirigé par 90% d’abrutis consanguins, font qu’il s’en sort bien, et qu’on a toujours du ‘keikaku dori’ de partout qui explique bien que Lelouch > all. Même son gros retournement de situation lors de la deuxième saison, où il finit par faire la conquête du monde tel la grosse salope qu’il est est en totale adéquation avec sa personnalité.

Et à la réflexion, je pense que c’est ce qui m’a poussé à détester le début de Guilty Crown. Là où Code Geass nous posait vraiment ce héros calculateur, manipulateur, qui savait retomber sur ses pieds et ne pas se laisser trop dépasser par les évènements, alors qu’il commençait un peu seul contre tous, sa saison 3 Guilty nous balance un héros complètement à la masse, avec des comportements peu logiques, qui cherche certes à fuir le danger comme pas mal d’entre nous auraient tendance à le faire face à une armée de vilains surarmés, mais se permet à côté des réactions au total opposé de la personnalité que l’on tente de lui imposer, en faisant un personnage un peu délirant, dont les moindres actions sont dirigées par les besoins du scénario et pas par une quelconque ligne directrice.

Kallen a maintenu à elle seule une bonne partie du fan service de la saison 2

Kallen a maintenu à elle seule une bonne partie du fan service de la saison 2

A l’inverse, beaucoup de personnages semblent plus rationnels que le héros dans Guilty Crown, ce qui n’était pas le cas dans Code Geass. Super exemple: Kallen, qui change de personnalité comme de culotte, et qui en plus de son comportement de barbare conductrice de mécha et de son rôle joué en cours de faible femme, se trimbale aussi un gros complexe tsundere qui balance régulièrement vers l’amour aveugle pour Zero, le tout donnant une inégalité du personnage, surtout en début de saison 2 où elle était des fois totalement lunatique.

Ayase, la fille avec des gros boobs et des grosses roues de Guilty Crown, l’alter ego de la susnommée, est bien tsundere mais comme souvent a très vite un comportement genre grande sœur pour Shu, et ça se ressentait dès le début. Gai, de la même façon, reste très fidèle a ce que l’on peut attendre de ce genre de perosnnages, et les faiblesses dont il fait part dans l’épisode 6 restent en adéquation avec l’idée qu’on peut avoir d’un jeune homme d’une vingtaine d’années qui doit pousser des gens à la mort.*

Bref, tout ça juste pour dire que Code Geass a en fait pas mal de défauts quand on s’y repenche, surtout sur l’équilibre des épisodes, et que Guilty Crown suit la même pente. Espérons qu’ils améliorent le héros et ça ira mieux.

Merci d’avoir suivi mes divagations nocturnes, je vous souhaite une bonne journée, ou soirée si vous lisez en rentrant du boulot.

* Attention, ce dernier paragraphe tire des plans sur la comète, et ça se trouve on va avoir que de la merde pendant tout le reste de la série.

Code Geass saison 3 ! Non, je déconne. Ou peut être pas…

[Commie] Guilty Crown - 01 [662BB1FD].mkv_snapshot_03.48_[2011.10.23_18.57.08]

Bonjour ou bonsoir à vous, mesdames, mesdemoiselles et messieurs.

Alors que le monde s’excite sur l’arrivée de pandas dans World of Warcraft, et sur les trailers gigantissimes de Starcraft II et Diablo III, moi je continue tranquillement à mater des animés.

Il n’y a pas très longtemps, j’ai appris avec plus ou moins d’intérêt l’existence d’un créneau dit ‘noitaminA‘, qui met en avant les blockbusters de l’animation à destination du public féminin de la chaine de télé japonaise Fuji Television. Je ne vais pas vous faire un grand blabla là dessus, il y a un lien Wikipedia habilement caché, cherchez le et allez lire ça. Et comme je me sens toujours très féminin dans mon âme, je me suis décidé à voir les deux animés de cette saison qui passent sur ce créneau.

J’ai d’abord vu UN-GO: chara design racé, choix scénaristique sympa, plagiats d’enquêtes célèbres totalement assumés, tout y était. Mais je ne vais pas vous parler d’UN-GO, d’autres le feront bien mieux que moi.

Si vous suivez un peu le blog, vous savez que j’aime bien décortiquer la bouse qui sort du sol, un peu comme un enfant dérangé aime à arracher les pattes d’un insecte et le regarder souffrir au soleil. Et donc là mon insecte c’est Guilty Crown, une série dont j’ai fait l’effort de regarder deux épisodes à son sujet avant de cracher dessus tel le cobra.

Warning ! True bullshit incoming !

La suite sera pleine de spoilers sur les deux premiers épisodes, soyez prévenus. Read more »