Ou comment parler du jour où j’ai quitté Facebook

Pour que vous ne quittiez pas, vous ne pouvez pas lire le captcha.

Facebook est un peu une drogue moderne.

Non, en fait j’exagère: c’est une drogue moderne.


Facebook a un peu occupé ma vie de façon, comment dirais-je… envahissante.

Quand vous arrivez sur le site, c’est super cool: ça importe vos contacts Hotmail, ça vous trouve plein d’amis, puis les amis de vos amis, puis els amis des amis de vos amis, puis vous avez vite 200 contacts dont certains à qui vous avez pas parlé depuis 10 ans.

Super.

Puis ensuite Facebook c’est les liens à la con vers la vidéo du chien qui fait du vélo, repartagées par tout vos contacts, qui bien qu’ils se connaissent tous se sentent obligés de tous la repartager, les pages ou il faut dire Like pour n’importe quoi, les super truc genre Farmville, Cityville, Restoville ou Villeville.

Facebook c’est aussi les poke, le truc dont personne n’a compris l’utilité mais dont tout le monde abuse. C’est les invitations à 400 trucs dont vous vous contrefoutez, aux concerts de groupes que vous n’aimez pas et aux apéros géants où vous n’irez pas.

Facebook c’est enfin l’endroit où les gens vous envoient des messages privés, que vous ne voyez pas car vous avez bloqué Facebook dans votre boite mail, car ils n’ont pas compris que vous avez un téléphone fixe, un téléphone mobile et une adresse mail, et s’étonnent ensuite que vous ne leur répondiez pas.

Mais Facebook c’est surtout l’endroit où la société Facebook stalke toutes tes infos, tout tes like, tout tes liens divers, afin de te foutre de la pub bien adaptée sur le côté, afin que tu ACHÈTES chez les partenaires de Facebook qui vont lui donner des gros sous afin que Facebook reste gratuit car Facebook c’est awesome car c’est gratuit OMG BBQ.

En bref Facebook c’est l’endroit où je me suis inscrit pour dire « je suis sur Facebook », ou j’ai lurké un bon moment, y postant des trucs très intéressants tels que « OMG de la neige ! », regardant les super photos de soirée où tout le monde était bourré, moi y compris, mais dont je ne vois pas l’intérêt de les avoir postées, et lisant les nouvelles de mes potes, que je savais déjà vu que je les avaient appelés une heure avant.

Et donc, je suis parti de Facebook.

Ça faisait un bon moment que j’en parlais, au final j’ai craqué, à cause de Facebook Connect.

Facebook Connect, si ça ne vous revient pas, c’est le super truc qui vous permet de ne plus créer de compte sur des sites, mais de simplement vous connecter avec votre compte Facebook. Super sympa puisque comme ça vous postez en clair, votre tronche est bien visible, et le site à accès à une partie de vos infos, dont les choses qui vous intéressent, ce qui lui permet lui aussi d’adapter ses pubs à vos gouts. Le truc est que comme ça ça va en sens inverse aussi.

Donc là Facebook sait ce que vous allez voir, et adapte à son tour ses pubs. Et c’est là que ça tourne mal, très mal.

WELCOME TO THE INTERNET !

On va pas se la jouer hypocrite, je vais sur des sites de cul, je suis célibataire, et de temps en temps, faut bien jouer avec Popol sinon il s’ennuie et vous le fait savoir, et vous commencez à voir la vie différemment dans la rue. Toujours est il que même les sites de cul ont des Facebook Connect. Ouais.

Facebook Connect sur un site de boules. Sachant que tout vos amis vont voir que vous avez Like un truc de baise. Classe.

Et là en plus le site de fesses à un super truc qui fait que hop, dans la pop up qui s’est ouverte et que vous avez pas eu le temps de fermer, y avait un Facebook Connect, et que comme vous avez mis en auto-connect, bah tout vos amis ont été spammés dans les 2 minutes suivantes de liens de cul bien hardos, MAIS ADAPTES A LEUR GOUTS !

Autant la faute de l’auto-connect Facebook viens de moi, autant là c’est foutage de gueule quand même.

Et donc, j’efface le bordel, et me dis: putain, pourquoi je reste sur Facebbok après tout ? Comme je viens de le dire, je me contrefous de ce que postent mes amis, je me regarde pas leurs photos, je ne regarde pas leurs vidéos, je ne supporte pas le spam hardcore que fait leurs jeux sur mon fil d’actualité, et si je veux des nouvelles d’eux je les appellent.

Non mais là on appelle ça être un gros mouton et rester uniquement pour faire partie du troupeau. Donc fuck you facebook, je me tire.

Voilà, un long pavasse indigeste juste pour vous parler de ma mauvaise expérience de Facebook. Après y avaoir passé près de 18 mois, je me rends bien compte de l’inutilité totale du machin, qui va d’ailleurs avoir une nouvelle dimension, qui me donne envie de crier « SECOND LIFE? GET ONE FIRST ! »

Je vous laisse sur ces douces paroles et vous dit à bientôt pour mon résumé final de l’E3.

{ commentaire ? }

Laisser un commentaire